Le Chateau de la Grève

Saint Martin des Noyers

Le Château

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Historique

Au détour des routes sinueuses du bocage vendéen, le visiteur peut découvrir un grand nombre de châteaux. Parmi ceux-ci, le château de la Grève.

Ce dernier, situé à quelques kilomètres de la commune de Saint Martin des Noyers, au lieu dit la Grève, a été édifié au centre d’un triangle où siègent de puissantes forteresses (Les Essarts, la Chaize le Vicomte et Bournezeau). Le château sert alors de relais entre ces points forts. De nombreux vestiges témoignent encore aujourd’hui de cette position : des tours de défense avec bretèches et archères canonnières ou des fenêtres à coussièges.

La Grève est l’une des vingt baronnies qui relèvent, à foi et hommage, du Duché de Thouars où elle a droit de haute justice. Elle est mentionnée dès le XIIè siècle, époque à laquelle, Agnès, Dame de la Rocheservière et de la Grève, épouse Sébrand Ier Chabot. La Grève passe ainsi, et pour plus de trois cents ans, dans les mains de cette famille. En 1446, la Grève, par mariage,  devient propriété de la famille Chastillon : le château est consolidé et fortifié. Pendant les guerres de religion, il passe sans cesse, des mains des catholiques, à celles des protestants. En 1599, il est vendu à Pierre Durcot, seigneur protestant proche d’Henri IV, qui le réaménage : c’est alors l’apogée de son histoire.

Aux XVIIè et XVIIIè siècles, le château perd son rôle militaire puis celui de résidence seigneuriale. En 1802, il est racheté par les Batiot, propriétaires terriens, pour se transformer progressivement en centre agricole; ce qu’il reste jusqu’au milieu du XXè siècle.

Vieillissant et se détériorant peu à peu, dans les années 70, il devient urgent de prendre des mesures de sauvegarde. Les propriétaires actuels, descendants de la famille Batiot, exécutent des travaux de réfection des toitures: une digue est érigée pour restaurer l’étang tel qu’il était décrit sur les documents, aux XVIIè et XVIIIè siècles. En 1984, le château est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. En 1997, il est ouvert aux premières visites grâce à la création de l’association des Amis du château de la Grève.

En 2000, le château reçoit le Prix des Vieilles Maisons Françaises, en récompense des efforts de sauvegarde entrepris, ce qui permet de continuer les travaux de restauration.

Désormais, le château de la Grève témoin de notre passé est sorti de sa léthargie et résonne des pas des nombreux visiteurs et des rires des enfants !

Publicités